Thaïlande
Créez votre voyage

Le Golfe de Thaïlande

Plages de sable blanc baignées d’une eau turquoise, chapelets de petites îles au relief sculpté par la mer... le Sud de la Thaïlande rime avec océan. Son axe central est une étroite bande de terre qui joint le Centre du pays et le Myanmar, au nord, à la Malaisie, au sud. Bordée à l’ouest par la mer d’Andaman et à l’est par le golfe de Thaïlande, sa largeur est réduite à 50 km au niveau de l’isthme de Kra. Les mouvements de la plaque indienne il y a 50 millions d’années, suivis d’épisodes d’érosion différentielle, ont donné naissance à des formations karstiques qui offrent un spectacle impressionnant. De la baie de Phang Nga à Nakorn Sri Thammarat, ces pitons calcaires s’élèvent vers le ciel au milieu de la jungle ou de la mer. Les nombreuses grottes et cavernes se visitent à pied ou en kayak, à la rencontre des stalagmites, stalactites, chauves-souris, et parfois d’un Bouddha étincelant.

    Mosquée en Thaïlande
    Mosquée en Thaïlande

    Diversité culturelle au Sud de la Thaïlande

    A l’heure actuelle, il est recommandé de ne pas se rendre dans l’Extrême-Sud, à proximité de la Malaisie (provinces de Pattani, Narathiwat et Yala) à cause des violents conflits politico-religieux. Depuis leur intensification début 2004, plus de 1 500 personnes ont trouvé la mort, civils, insurgés et militaires.

    Cultes bouddhiste, animiste, musulman, et plus rarement chrétien se côtoient le plus souvent en harmonie. Dans l’Extrême- Sud, la population est musulmane à 80 %. Dans les coins touristiques, on rencontre beaucoup de thaïlandais de l’Isan, venus pour trouver du travail. Ils ne sont pas beaucoup payés mais tout de même mieux que dans champs. Ces masseuses, cuisiniers, femmes de chambre et ouvriers de chantier passent quelques mois par an « à la plage » le temps de la haute saison, vivant parfois entassés dans des baraques en tôle. Les hôteliers ont de plus en plus recours aux travailleurs du Myanmar, souvent illégaux, donc encore plus faciles à exploiter, et encore plus mal payés.

    Le long de la côte d’Andaman, quelques milliers de personnes vivent de façon nomade ou semi-sédentaire. Les Moken, nomades marins habitant à bord de bateaux en bois dans l’archipel Mergui au Myanmar, dans les provinces de Ranong et Phang Nga, sont un des derniers peuples à vivre de façon traditionnelle, en accord avec les esprits et la nature. Les Moklen, quant à eux sont originellement pêcheurs et cultivateurs, plutôt familiers des mangroves. D’autres populations nomades ou semi-nomades habitent les littoraux de Phuket, Trang, Satun et l’archipel de Tarutao. Appelés Chao Ley, littéralement peuples de la mer, par les Thaïs, ces peuples ne sont pas tous reconnus comme citoyens par le gouvernement et n’ont pas les mêmes droits que les Thaïlandais.

    Le mélange culturel de la région va de paire avec une grande diversité gastronomique. L’influence de la Malaisie se ressent dans les plats à base de curry (masaman, panang) agrémentés de pomme de terre, de poisson, fruits de mer, poulet ou bœuf – peu de porc évidemment, car bon nombre des cuistots et consommateurs sont musulmans. Dans le Sud, le riz est souvent remplacé par les khanom tchin, nouilles de riz blanches très fines servies avec une sauce au curry, des crudités et des herbes aromatiques. On trouve partout sur les marchés les vendeurs de roti, sorte de crêpe au beurre, à l’huile et au lait concentré. Les gargotes de délicieuse cuisine de l’Isan sont aussi fréquentes puisque la main-d’œuvre est de là-bas.

    Vous souhaitez composer votre voyage sur mesure ?
    Créez votre voyage
      Sud de la Thaïlande
      Sud de la Thaïlande

      Du beau temps toute l'année

      Les côtes sud sont marquées par deux tendances climatiques très différentes. De Ranong à Satun, la côte d’Andaman, façade ouest tournée vers l’océan Indien, est balayée par la mousson du sud-ouest de fin avril à novembre. Elle apporte des vents violents et des averses importantes qui obscurcissent le ciel azur pour quelques heures, parfois pour toute la journée. Les bateaux ne rejoignent que rarement les îles où la plupart des hôtels et parcs nationaux sont fermés à cette période. Par contre, sur la côte, les chambres sont à moitié prix, c’est le moment de profiter tranquillement des resorts de luxe. Pendant la saison sèche, de novembre à février, le temps est ensoleillé et les pluies sont rares, avec une température moyenne de 26° C. L’époque est idéale pour profiter de la côte et des îles, avec une visibilité sous-marine optimale, mais vous ne serez pas seuls et les hôtels affichent souvent complets. La façade est, le long du golfe de Thaïlande de Chumphon à Nakorn Sri Thammarat, est marquée de façon moins prononcée par la mousson du nord-est, en novembre et décembre. A cette période les bateaux pour les îles (Koh Tao, Phangan, etc.) se font plus rares. Il peut faire très chaud en avril, jusqu’à 40° C, mais de toutes les régions du pays c’est le Sud qu’il vaut mieux choisir à ce moment-là.

      En vacances chez l'habitant

      Pour profiter de cette diversité culturelle, rien ne vaut un séjour chez l’habitant (home-stay, CBT ou Community-Based Tourism) un peu partout dans le Sud : Krabi, Koh Yao Noi, Koh Lanta, Kuraburi, Ranong, Surat, Nakorn, etc. C’est une manière à la fois toute simple et extraordinaire de partager, de découvrir, de comprendre les modes de vie des gens, leurs relations, leurs croyances. En général ce sont des familles rurales, qui vivent d’agriculture, de pêche ou d’artisanat, et l’accueil des voyageurs leur apporte un complément de revenus plus que bienvenu. Autre avantage majeur, le développement de formes de tourisme plus respectueuses et bénéfiques pour les villageois – écotourisme, tourisme solidaire – participe à la prise de conscience, au sein des communautés, de l’importance de préserver la nature. Collecte des déchets, protection et réhabilitation de la mangrove, éducation environnementale des jeunes, ils sont souvent plus actifs que les hôteliers.

      Economie du Sud de la Thaïlande

      Le cocotier est roi dans le Sud de la Thaïlande. Huile, lait, bois de construction, palme pour les toitures, ombrage, cartes postales et support de hamac, il est partout. Les forêts pluviales sont quant à elles abattues pour l’exploitation – souvent illégale – du bois, ou pour céder la place à des plantations d’hévéas. La Thaïlande est le premier producteur mondial de caoutchouc naturel, et l’industrie continue de fleurir. On peut même s’acheter sur Internet des terrains pour planter des hévéas. En plus d’entraîner la déforestation – dont le taux dépasse 15ha par jour dans la province de Satun –, le développement de ces espaces de monoculture fait disparaître la biodiversité. D’un écosystème de forêt riche en espèces animales et végétales, on passe à une seule espèce d’arbre et plus aucun habitat pour les animaux. La crevette thaïlandaise, qui agrémente les soupes asiatiques du monde entier, ne vient pas de l’océan. Elle est produite en quasi-totalité dans des fermes, gigantesques bassins creusés à proximité du littoral, dont l’étendue totale s’élève à 800 km2. 450 000 tonnes de crevettes d’élevage y sont produites par an, faisant de la Thaïlande le 2e producteur mondial. Conséquence directe, la pollution des terres par les effluents de crevettes – il faut 30 ans pour « dépolluer » un bassin de son acidité et des composés chimiques rejetés. Plus contrariant encore, l’industrie croît en grignotant les forêts de mangrove, dont la surface a chuté de 3 700 km2 en 1960 à 1 500 km2 en 2005. Principaux responsables de cette diminution (30 %), les producteurs de crevettes et les usines de conserves de poisson. Au large, le gouvernement et les associations environnementalistes ont « éradiqué » la pêche à la dynamite ou au cyanure qui a entraîné la raréfaction d’espèces et le blanchissement des récifs coralliens. Aujourd’hui la pêche est interdite dans les îles des Parcs Nationaux, mais de bon matin les bateaux de plongée croisent encore quelques chalutiers.

       

      Article extrait du Natural Guide Thaïlande, édité par Viatao.

      Vous souhaitez composer votre voyage sur mesure ?
      Créez votre voyage
      Voyage en direct

      Recevez un devis gratuit sous 48 heures.

      Evaneos : Voyages sur mesure
      Agence locale de Philippe en Thaïlande
      Spécialiste du charme et luxe dans le nord de la Thaïlande
      Demandez un devis
      Evaneos : Voyages sur mesure
      Agence locale de Bettina en Thaïlande
      Spécialiste des programmes incontournables
      Demandez un devis
      Evaneos : Voyages sur mesure
      Agence locale de Jean-Pierre en Thaïlande
      Spécialiste des circuits incontournables
      Demandez un devis

      L'avis des voyageurs

      Pierre, voyage en Thaïlande

      Février 2017

      Quelques jours a Bangkok que nous avons redecouvert avec plaisir , notre hotel était agréable , bien placé. La Thailande est actuellement en deuil ...

      Lire la suite

      takini973, voyage en Thaïlande

      Novembre 2016

      Sur une semaine nous avons apprécié les visites et l'organisation a permis de profiter à fond...

      Lire la suite

      Eve, voyage en Thaïlande

      Septembre 2017

      Un voyage dépaysant à la fois culturel et détente...

      Lire la suite

      Exemples de voyages à personnaliser en Thaïlande


      Nan et le Mékong, loin du tourisme de masse

      Sport et aventure

      Découverte du Nord

      Sport et aventure

      Bien-être et détente Rose du Nord

      Charme et luxe

      La montagne entre terre, ciel et eau

      Charme et luxe